Salut toi ! 

J’ai mis du temps à me décider de publier cet article, mais je sentais qu’il fallait que je le fasse, pour toi, pour moi, et pour toutes les autres filles dans la même situation.
Je viens te parler aujourd’hui d’un sujet qui me tient vraiment à cœur : les agressions envers les femmes. 

Je discutais avec ma cousine de 14 ans, et j’ai eu l’horreur de l’entendre me dire qu’en rentrant chez elle du collège, elle s’était faite suivre par deux jeunes garçons d’environ son âge. Elle qui ne connaît encore rien de la vie à son âge, je n’imagine pas la peur qu’elle a pu ressentir à ce moment-là. Et en y réfléchissant, je me suis demandée pourquoi est-ce personne ne prend le temps d’expliquer aux jeunes filles (et aux femmes en général) comment se défendre en cas d’agression? Que ce soit au collège ou au lycée, au même titre que la prévention contre les drogues ou les préventions sur les maladies sexuelles, pourquoi ça n’est jamais venue à l’idée de qui que ce soit d’imposer une prévention contre les agressions faites aux femmes?

Alors oui, je pense que je relance un éternel débat sur la place de la femme dans la société blablabla…. STOP. Si toi, tu es une jeune fille, sache que tu as le droit, au même titre que ces grands loups, à une protection contre tout type d’agression.

Une agression, oui, mais kesaco?
Alors premièrement, je tiens à faire un petit rappel. Il existe toutes sortes d’agressions faites aux femmes :

  • Les agressions morales. Mais qu’est ce que c’est et comment les reconnaître ?  Les agressions morales sont toutes ces paroles que l’on entend au quotidien. Ça peut partir du simple « toi t’es une fille donc… » au soit-disant compliment salace entendu au coin de la rue.
  • les agressions physiques. Bien évidemment, mais il en existe encore plusieurs sortes. Que ce soit la « simple » gifle, ou bien être passée à tabac, dans tout les cas, au moment où un garçon lève la main sur toi, tu es agressée.
  • les agressions sexuelles. Alors là, peu de filles le savent, mais même une main aux fesses est considérée comme une agression sexuelle. Il y a également le fait d’être forcée à avoir quelconque relation avec un homme, même sans pénétration, à partir du moment ou ce n’est pas consenti c’est un viol.

Comment se défendre ?
Tu ne peux pas forcément te défendre face à une agression, mais il y a quand même quelques trucs qui peuvent t’aider.
Personnellement, je sors toujours avec un couteau suisse et une bombe lacrymogène en poche. Le premier qui s’approche de moi doit être prêt à souffrir. Ensuite, j’ai toujours mon téléphone dans la main, prête à appeler la police s’il arrive quelque chose. Enfin, je reste toujours dans des endroits bondés, je ne prends que très rarement les petites rues, et j’évite au maximum d’être seule, surtout quand il commence à faire sombre. En appliquant ces petites choses au quotidien, tu pourras éviter d’être agressée.
Et si l’agression vient d’un de tes proches, n’hésite pas à appeler la police, ou à prévenir quelqu’un par n’importe quel moyen.

Le Problème de reconnaissance
Alors je sais, nous ne sommes pas toujours prises au sérieux. Moi-même, j’ai été victime d’agression il y a quelques années. Je n’ai pas voulu en parler tout de suite car il s’agissait de quelqu’un que je connaissais, et  quand j’ai décidé d’en parler, je n’étais plus crédible aux yeux de ceux qui ont reçus ma plainte. J’ai été traitée de menteuse par ceux qui s’occupaient de l’enquête, et il ont tellement insisté sur le fait que j’en suis arrivée moi-même à douter de ce qu’il s’était réellement passé. Sauf qu’une agression, quelle qu’elle soit, ne s’oublie pas, les cauchemars ne mentent pas, les traumatismes sont toujours là. Alors même si moi, je ne veux pas ré-ouvrir l’enquête, parce que je réussis petit à petit à vivre avec, ne te laisse surtout pas décourager si on ne veux pas te croire. Je te rappelle qu’en face de toi, tu aura, la majorité du temps, des hommes. Et tout le monde sait que du point de vue d’un homme, ce n’est pas si grave. Alors un conseil, garde espoir, bats toi pour faire valoir ton droit et ainsi punir ton agresseur et aider d’autres filles/femmes à en faire de même. Beaucoup d’entre nous ont peur des représailles si on porte plainte, mais il faut que tu te souvienne d’une chose : si tu arrive à faire punir ton agresseur, ça sera fini. Il ne s’en prendra plus à toi, ni à aucune autres filles.

L’oubli
On oublie pas certaines agressions. On en fait des cauchemars, on se méfie de tout le monde, on se remet en question, et j’en passe. Me concernant, je me suis longtemps crue fautive, je n’ai jamais accepté le fait d’être une victime. A part mon très proche entourage (qui se limite à ma famille, mon copain et ma meilleure amie), personne n’est au courant de ce qu’il m’est arrivé. Et j’ai longtemps, trop longtemps tut ce que j’avais vécu. J’ai gardé ça en moi, en espérant y faire disparaître un jour, mais ça n’a jamais marché. J’ai souffert de mon propre silence pendant plus de 5 ans, et c’est seulement maintenant que je comprends que je ne pourrais pas oublier de cette façon. Je ne pourrais jamais oublier d’ailleurs. Mais j’apprends à vivre avec. J’ai non seulement repris confiance en moi, mais j’ai su donner ma confiance à nouveau à quelqu’un, mon chéri. Et c’est ça qui aide le plus. Je me suis ouverte, j’ai d’abord mis sur papier ce que j’ai vécu, dans les moindres détails, comme pour faire sortir chaque secondes de ce moment de ma mémoire. J’en ai ensuite parlé, pas à un professionnel, mais j’ai exposées mes craintes et j’ai raconté ce que j’ai vécu. C’est une sorte de thérapie, je me suis rendue compte que j’avais besoin en fait d’en parler.
Alors si toi aussi tu as été victime d’agression et que tu as du mal à passer au dessus, parles-en à quelqu’un en qui tu as confiance ou à un professionnel, essaie d’extérioriser tout ce que tu garde en toi. Et surtout, laisse faire le temps. Il n’y a que ça qui pourra t’aider.

Pour résumer :
Si tu es victime d’agression, quelle qu’elle soit, commence déjà à porter plainte, ne laisse pas passer ça. Tu t’aidera, et tu empêchera d’autres filles d’êtres victimes de cette personne.
Ensuite, si la personne en face de toi ne te crois pas, ne baisse pas les bras. Bats toi pour faire éclater la vérité.
Et pour finir, ne garde pas tout ça en toi, essaie d’en parler à quelqu’un et expliquer ce que tu ressens, ce que tu as vécu et surtout tes craintes.

Voilà, j’espère que cet article t’a plu, j’espère surtout que tu feras ce que je t’ai dit, ou que tu diras aux filles victimes dans ton entourage de le faire. Il faut que tout ça s’arrête, une fille doit être respectée, et surtout pas traitée de cette façon. Alors partage ce message au maximum. Que nous puissions enfin toutes faire valoir nos droits.

Je te souhaite bien du courage, et de la patience, et surtout de ne jamais vivre tout ça.

Bisous !

Publicités